Histoire et Protestants en Centre-Bretagne
   
    Association des amis du protestantisme en Bretagne centrale
 
 

ACCUEIL

ACTUALITES ET ECHOS

Le but de l'association

Depuis 2002, l'association a pour but de contribuer, en Bretagne Centrale, à la conservation de la mémoire de l'activité du protestantisme, à l'expression de l'identité protestante, à l'enrichissement de sa culture, à l'enracinement de sa foi.

Dans cette perspective, l'association se propose notamment

- d'étudier le protestantisme en Bretagne centrale : recherches historiques, collecte de documentation, archives, bibles anciennes et toute littérature sous toutes ses formes ; d'acquérir et restaurer des lieux de culte ou autres ;
- de promouvoir la connaissance du Protestantisme, son message, sa vie, par la publication d'articles, d'ouvrages, l'organisation de rencontres, expositions, offices, et autres manifestations contribuant à la pérennité du Protestantisme, de son annonce de l'évangile, de sa place dans la société.

Articles archivés

Contact : contact@histoire-et-protestants-en-centre-bretagne.fr

Histoire et Protestants en Centre-Bretagne

Association des amis du protestantisme en Bretagne centrale

Ce site est régulièrement enrichi d’articles issus des recherches des membres de l’Association des Amis du Protestantisme en Bretagne Centrale (AAPBC).
Certains de ces articles ont déjà été publiés dans diverses revues (notamment le journal « Regard d’Espérance », édité par le Centre Missionnaire Evangélique de Bretagne) et cahiers de recherche, d’autres ont été – et seront – rédigés exclusivement pour le site de l’association.


Actualités et échos de l'association...


Derniers articles parus

ANECDOTES HISTORIQUES

En 1686 à Morlaix : quatre protestantes, fuyant les persécutions, furent victimes d'une trahison

Le 24 avril 1686, entre 5 et 6 heures du soir, le "Saint Nicolas", une solide chaloupe appartenant à Pierre Poulain, maître de barque au port du Légué, à St-Brieuc, jetait l'ancre «au bas de la rivière de Morlaix, près du chasteau du torreau»...

 

HISTOIRE PROTESTANTE

5ème partie du fascicule "Survol de l'histoire des protestants en Bretagne Centrale" :
- Les Forges des Salles en Perret
- Carhaix

Les Forges des Salles en Perret

Le duc de Rohan développa les mines et forges des Salles, en Perret, en lien avec les hauts-fourneaux de Sainte-Brigitte. Il fit venir des cadres protestants d’autres régions pour s’occuper de ce site industriel, peut-être appelé à fournir (selon l’hypothèse avancée par Denise Aupied dans son étude sur les mines et hauts-fourneaux du Centre-Bretagne) les munitions et les armes nécessaires aux troupes protestantes. Le duc en était maintenant le chef incontesté. Quoi qu’il en soit, c’est en 1621 qu’il décidait de le mettre en valeur...

 

LIEUX DE MEMOIRE

Le château des Salles de Perret, un des plus anciens châteaux des Rohan

Niché en bordure de la forêt de Quénécan, sur la rive orientale du lac des Salles, les ruines d’un des plus anciens châteaux des Rohan, semblent perdues et oubliées des hommes, semblables au château de la Belle au bois dormant que le beau prince du conte n’aurait jamais trouvé. La vie s’en est alors allée à jamais...

 

PERSONNALITES HISTORIQUES

Jean-Louis David, un courageux évangéliste en Centre-Bretagne

« Nous apprenons avec regret la mort de M. Jean-Louis David, évangéliste à Huelgoat, décédé à la suite d’un mal impitoyable qu’il avait contracté dans l’exercice de son ministère.

Caractère droit, ferme, énergique ; intelligence profonde et sûre ; activité inlassable et agissante ; esprit bon, large, clair et généreux, telles étaient les qualités du disparu ».

Ainsi était formulé l’hommage rendu à Jean-Louis David par le rédacteur du journal républicain « Le Citoyen » (daté du 29 décembre 1929) qui adressait aussi à Madame David et à ses enfants « ses condoléances les plus émues »...

 

HISTOIRE PROTESTANTE

4ème partie du fascicule "Survol de l'histoire des protestants en Bretagne Centrale" :
- Les Guerres de la Ligue
- Le duché de Rohan

Les Guerres de la Ligue

La mort, en 1586, du vicomte René II de Rohan à la Rochelle, où il s’était réfugié avec sa famille, laissèrent le château de Pontivy démuni au moment des guerres de la Ligue. Il fut pris par les troupes des ligueurs le 3 décembre 1589. Le culte catholique fut rétabli dans la chapelle du château. Bientôt les Espagnols s’y installèrent, en vivant aux frais de la population ! ...

 

ANECDOTES HISTORIQUES

En 1686 : sept protestants fuyant les persécutions religieuses
étaient arrêtés à Camaret

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1686, sept personnes montaient discrètement à bord de "La Prosperity", une barque pontée de quatorze à quinze tonneaux commandée par le capitaine John Bayly, qui s'apprêtait à quitter Bordeaux pour aller décharger sa cargaison de vin et d'eau-de-vie à Lyme, un petit port situé en Angleterre sur la côte sud de Cornouailles...

 

HISTOIRE DU CENTRE-BRETAGNE

En 1839 aux mines de Poullaouën : le regard étonné d'un jeune Parisien

Le 10 septembre 1839, un jeune homme de 18 ans frappait en fin de matinée à la porte du Château de la Mine, à Poullaouën, édifié au milieu du XVIIIe siècle pour loger les cadres supérieurs de la Compagnie des Mines de Basse Bretagne qui exploitait depuis 1732 les riches filons de plomb argentifère de Poullaouën, Locmaria-Huelgoat et accessoirement Carnoët-Plusquellec...

 

HISTOIRE PROTESTANTE

Colporteurs bibliques en Bretagne

Le pasteur Lecoat, fondateur de la Mission Évangélique Bretonne, écrivait en 1911 : « Il n'y a pas un coin, un village, une ville des trois départements bretons qui n'ait été parcouru par les colporteurs de Trémel... les foires, les marchés ont été visités... ainsi que les centres de pèlerinage et les pardons ». Ce constat étonnant est en fait le résultat du travail effectué par des dizaines de colporteurs protestants qui ont surmonté bien des oppositions, voire même des persécutions, afin de faire connaître au plus grand nombre le message libérateur de l'Évangile...

 

ANECDOTES HISTORIQUES

En 1686 à Plénée-Jugon : les persécutions
frappaient les protestants de La Moussaye

Le 8 juin 1686, vers 9 heures du matin, Philippe de Graves, un peintre protestant âgé de 36 ans était introduit par le geôlier Ollivier Le Bouesme «dans la chambre criminelle des prisons» du marquisat de La Moussaye, situées au bourg de Plénée-Jugon, à une trentaine de kilomètres au sud-est de St-Brieuc...

 

HISTOIRE PROTESTANTE

3ème partie du fascicule "Survol de l'histoire des protestants en Bretagne Centrale" : Les Protestants de Bretagne Centrale, 1550-1750

Les protestants ont-ils possédé la majeure partie de la Bretagne ?
Cette question semble un peu provocatrice, mais elle reflète pourtant une réalité que les historiens ont, semble-il, rarement osé mettre en évidence. Dans une Bretagne dont on nous affirme sans cesse qu’elle est terre « catholique » par définition d’auteur, cela n’est évidemment pas «politiquement correct » d’avancer une telle possibilité… et pourtant ! ...

 

ANECDOTES HISTORIQUES

1862-1897 : Tracasseries et persécutions étaient le lot
des colporteurs protestants

Le 6 avril 1862, vers deux heures de l’après-midi, la foire de Quimperlé battait son plein lorsqu’Aimé Bolloc’h, un colporteur protestant âgé de 35 ans, domicilié au village de Goarem Suil, à Scrignac, vit des gendarmes s’arrêter devant son éventaire. Sur ordre du sous-préfet, ils lui retirèrent le permis de colportage que le préfet du Finistère lui avait officiellement délivré le 3 janvier précédent.
Ils saisirent aussi les exemplaires du Nouveau Testament en français et en breton, ainsi que ceux de l’Almanach des Bons Conseils édités par la Société biblique d’Angleterre qu’ils trouvèrent en sa possession...

 

«Un siècle après, ils s'en souviennent encore :»
L'école protestante du Guilly, en Centre-Bretagne,
fut pour des multitudes d'enfants la chance de leur vie !

Plus d’un siècle après, on en parle encore... et les paroles émues d’un ancien élève, recueillies en 1986, en témoignent.
«L’école a été construite avant ma venue au monde. Elle a fait une très grande œuvre... et pas seulement en faveur du Guilly, puisque l’on y venait de Poullaouën, de Carnoët, de Bolazec, de Scrignac... Le premier instituteur fut M. Chopin que j’ai eu moi-même comme enseignant... A Noël, il y avait un immense sapin de Noël qui nous émerveillait toujours... Des cadeaux et des bonbons étaient distribués... puis on chantait des cantiques et on écoutait la lecture des textes de Noël dans la Bible. Quelles fêtes c’étaient pour nous...!»

 

HISTOIRE DU CENTRE-BRETAGNE

En 1795, au Faouët : des centaines de Chouans étaient mis en déroute

Le 9 pluviôse an III (28 janvier 1795), Joseph Poirier, maire de Berné et laboureur au village de Porz-en-Tallec, revenait vers 4 heures de l'après-midi de la forge de Kerguenec en Guilligomarc'h où il avait fait «faire une cerpe et trois rateaux», lorsqu'il fut abordé «sur la grande route conduisant du Faouët à Plouay par dix à douze hommes armés» de fusils et de pioches...

 

ANECDOTES HISTORIQUES

En 1572, le massacre de la St-Barthélémy avait aussi touché la Basse Bretagne

Dans la nuit du 23 au 24 août 1572, Charles du Quellenec, vicomte du Faou et baron du Pont et de Rostrenen, dormait au Louvre à l'instar de nombreux gentilshommes protestants qui, comme lui, avaient assisté sept jours auparavant au mariage de leur coreligionnaire et ami Henri de Navarre, (futur HenriIV), avec Marguerite de Valois, la sœur du roi Charles IX...

 

HISTOIRE DU CENTRE-BRETAGNE

En 1769, une bande de voleurs pillait les campagnes du Poher

Le 21 septembre 1770, à trois heures de l'après-midi, François Jézéquel, le geôlier des prisons de Carhaix, introduisait dans la Chambre du Conseil du siège royal de la sénéchaussée «un homme de cinq pieds et environ trois pouces (1m70), portant cheveux et barbe châtaigne, les yeux couleur d'eau, le visage long et plains, vêtu de toile à la mode de la campagne, chaussé de sabots et ayant un gros fer à la jambe»...

 

LIEUX DE MEMOIRE

Plémy (22), le vieux temple n’est plus !

A l’ouest de la commune de Plémy (dans les Côtes-d’Armor, au nord de Loudéac), au lieu-dit « la Ville-Pierre », l’édifice qui était considéré comme un des plus anciens lieux de culte protestant de Bretagne n’est plus, malgré les cris d’alarme lancés dans les années 1977. Le toit s’est effondré, les colonnes sont dispersées...

 

HISTOIRE PROTESTANTE

Introduction au 1er Fascicule "Survol de l'histoire des protestants en Bretagne Centrale" : les protestants de 1550 à 1750

L’Association des Amis du Protestantisme en Bretagne Centrale.
Quelques mots d’histoire…

Les pages de ce modeste ouvrage entendent retracer à grands traits quelque deux siècles d’histoire protestante en Bretagne, et plus particulièrement en Bretagne centrale.
Plusieurs autres livrets leur succèderont pour rendre compte de la présence protestante en ces contrées au cours des siècles qui suivirent.
D’aucuns pourraient se demander s’il n’est pas paradoxal de joindre ainsi des termes que l’histoire paraîtrait avoir séparés : est-il légitime de parler d’une « histoire du protestantisme » en Centre-Bretagne, contrée où il fut si minoritaire, au sein d’un protestantisme breton déjà si minoritaire par rapport à un protestantisme français lui-même minoritaire, car écrasé par les persécutions religieuses récurrentes ?...

 

ANECDOTES HISTORIQUES

Cela s'est passé dans le Poher il y a plus d'un siècle...
Ce livre était-il vraiment si dangereux ?

Le forgeron qui exerçait son métier à Pluzunet dans les dernières décennies du XIXe siècle, était bien connu pour son goût immodéré de la boisson. Souvent, lui et son fils rentraient ivres à la maison. Les querelles et les disputes sur fond d’alcool étaient monnaie courante dans ce foyer, surtout le dimanche.
Puis, un jour, le fils entendit que le prêtre de la paroisse avait déclaré que l’absolution était possible pour tous les péchés, sauf un: posséder ou lire la Bible !
La Bible: un livre interdit! Au lieu de produire l’effet voulu, cet avertissement éveilla la curiosité du jeune homme.
“Eh bien, se dit-il, s’il en est ainsi, c’est que ce livre doit être intéressant.” Pensant qu’il s’agissait d’un livre sur la magie ou le diable, il réussit à s'en procurer un exemplaire...