Histoire et Protestants en Centre-Bretagne
   
    Association des amis du protestantisme en Bretagne centrale
 
 

ACCUEIL

ACTUALITES ET ECHOS

Le but de l'association

Depuis 2002, l'association a pour but de contribuer, en Bretagne Centrale, à la conservation de la mémoire de l'activité du protestantisme, à l'expression de l'identité protestante, à l'enrichissement de sa culture, à l'enracinement de sa foi.

Dans cette perspective, l'association se propose notamment

- d'étudier le protestantisme en Bretagne centrale : recherches historiques, collecte de documentation, archives, bibles anciennes et toute littérature sous toutes ses formes ; d'acquérir et restaurer des lieux de culte ou autres ;
- de promouvoir la connaissance du Protestantisme, son message, sa vie, par la publication d'articles, d'ouvrages, l'organisation de rencontres, expositions, offices, et autres manifestations contribuant à la pérennité du Protestantisme, de son annonce de l'évangile, de sa place dans la société.

Articles archivés

Contact : contact@histoire-et-protestants-en-centre-bretagne.fr

 

Anecdotes historiques

Articles relatant des "épisodes protestants" en Centre-Bretagne, événements, mésaventures ou aspects du protestantisme centre-breton.

En 1686 à Morlaix : quatre protestantes, fuyant les persécutions, furent victimes d'une trahison

Le 24 avril 1686, entre 5 et 6 heures du soir, le "Saint Nicolas", une solide chaloupe appartenant à Pierre Poulain, maître de barque au port du Légué, à St-Brieuc, jetait l'ancre «au bas de la rivière de Morlaix, près du chasteau du torreau».

...
LIRE LA SUITE...

«Un siècle après, ils s'en souviennent encore :»
L'école protestante du Guilly, en Centre-Bretagne,
fut pour des multitudes d'enfants la chance de leur vie !

Plus d’un siècle après, on en parle encore... et les paroles émues d’un ancien élève, recueillies en 1986, en témoignent.

«L’école a été construite avant ma venue au monde. Elle a fait une très grande œuvre... et pas seulement en faveur du Guilly, puisque l’on y venait de Poullaouën, de Carnoët, de Bolazec, de Scrignac... Le premier instituteur fut M. Chopin que j’ai eu moi-même comme enseignant... A Noël, il y avait un immense sapin de Noël qui nous émerveillait toujours... Des cadeaux et des bonbons étaient distribués... puis on chantait des cantiques et on écoutait la lecture des textes de Noël dans la Bible. Quelles fêtes c’étaient pour nous...!»

...
LIRE LA SUITE...

1862-1897 : Tracasseries et persécutions étaient le lot
des colporteurs protestants

Le 6 avril 1862, vers deux heures de l’après-midi, la foire de Quimperlé battait son plein lorsqu’Aimé Bolloc’h, un colporteur protestant âgé de 35 ans, domicilié au village de Goarem Suil, à Scrignac, vit des gendarmes s’arrêter devant son éventaire. Sur ordre du sous-préfet, ils lui retirèrent le permis de colportage que le préfet du Finistère lui avait officiellement délivré le 3 janvier précédent.

Ils saisirent aussi les exemplaires du Nouveau Testament en français et en breton, ainsi que ceux de l’Almanach des Bons Conseils édités par la Société biblique d’Angleterre qu’ils trouvèrent en sa possession.

...
LIRE LA SUITE...

En 1686 à Plénée-Jugon : les persécutions
frappaient les protestants de La Moussaye

Le 8 juin 1686, vers 9 heures du matin, Philippe de Graves, un peintre protestant âgé de 36 ans était introduit par le geôlier Ollivier Le Bouesme «dans la chambre criminelle des prisons» du marquisat de La Moussaye, situées au bourg de Plénée-Jugon, à une trentaine de kilomètres au sud-est de St-Brieuc.

Il y était incarcéré depuis quatre jours à la requête de Mathurin Marval, le procureur d'office de cette juridiction, et du receveur Henry Poulce, sieur de La Villebuffet, qui en percevait les redevances seigneuriales.

...
LIRE LA SUITE...

En 1572, le massacre de la St-Barthélémy avait aussi touché la Basse Bretagne

Dans la nuit du 23 au 24 août 1572, Charles du Quellenec, vicomte du Faou et baron du Pont et de Rostrenen, dormait au Louvre à l'instar de nombreux gentilshommes protestants qui, comme lui, avaient assisté sept jours auparavant au mariage de leur coreligionnaire et ami Henri de Navarre, (futur HenriIV), avec Marguerite de Valois, la sœur du roi Charles IX.

Soudain, entre trois et quatre heures du matin, ils furent réveillés par des coups violents frappés à leurs portes, au moment même où le tocsin de l'église St-Germain-L'Auxerrois annonçait aux Parisiens le début de l'un des événements les plus tragiques de l'histoire de notre pays: le massacre de la St-Barthélémy.

...
LIRE LA SUITE...

A l'orée du Fréau : En 1894, des sabotiers et cultivateurs du Guilly demandèrent aux protestants de créer une école

«Monsieur l'Inspecteur d'Académie, j'ai l'honneur de vous prier de bien vouloir me procurer, si cela est possible, un poste d'instituteur-adjoint dans l'enseignement public... dans n'importe quel département».

Henri Chopin, qui venait d'avoir 18 ans, n'imaginait pas, lorsqu'il adressait cette demande en 1884 à l'Inspecteur d'Académie de La Rochelle, que l'essentiel de sa carrière d'enseignant se déroulerait au Guilly, un village isolé de Bretagne centrale, situé à l'orée du bois du Fréau, sur la commune de Poullaouën.

Ce jeune protestant poitevin fut d'abord nommé à Esquibien en 1885, puis à Roscoff en 1886, et enfin à Morlaix en 1888. Il se joignit, dans cette ville, aux membres de l'église protestante baptiste fondée une cinquantaine d'années auparavant par le pasteur gallois John Jenkins.

Ce dernier, qui distribuait dans le Léon, le Trégor et le Poher la version bretonne du Nouveau Testament publié par J. F. Le Gonidec en 1827, souhaitait faire disparaître l'analphabétisme dont souffraient nombre de nos ancêtres.

...
LIRE LA SUITE...

En 1686 : sept protestants fuyant les persécutions religieuses
étaient arrêtés à Camaret

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1686, sept personnes montaient discrètement à bord de "La Prosperity", une barque pontée de quatorze à quinze tonneaux commandée par le capitaine John Bayly, qui s'apprêtait à quitter Bordeaux pour aller décharger sa cargaison de vin et d'eau-de-vie à Lyme, un petit port situé en Angleterre sur la côte sud de Cornouailles.

Tous protestants, ces passagers fuyaient les violentes persécutions religieuses, qui s'étaient intensifiées en France depuis la Révocation de l'Edit de Nantes signée à Fontainebleau par Louis XIV le 18 octobre 1685.

...
LIRE LA SUITE...

Cela s'est passé dans le Poher il y a plus d'un siècle...
Ce livre était-il vraiment si dangereux ?

Le forgeron qui exerçait son métier à Pluzunet dans les dernières décennies du XIXe siècle, était bien connu pour son goût immodéré de la boisson. Souvent, lui et son fils rentraient ivres à la maison. Les querelles et les disputes sur fond d’alcool étaient monnaie courante dans ce foyer, surtout le dimanche.

Puis, un jour, le fils entendit que le prêtre de la paroisse avait déclaré que l’absolution était possible pour tous les péchés, sauf un: posséder ou lire la Bible !

La Bible: un livre interdit! Au lieu de produire l’effet voulu, cet avertissement éveilla la curiosité du jeune homme.
“Eh bien, se dit-il, s’il en est ainsi, c’est que ce livre doit être intéressant.” Pensant qu’il s’agissait d’un livre sur la magie ou le diable, il réussit à s'en procurer un exemplaire.

...
LIRE LA SUITE...