Histoire et Protestants en Centre-Bretagne
   
    Association des amis du protestantisme en Bretagne centrale
 
 

ACCUEIL

ACTUALITES ET ECHOS

Le but de l'association

Depuis 2002, l'association a pour but de contribuer, en Bretagne Centrale, à la conservation de la mémoire de l'activité du protestantisme, à l'expression de l'identité protestante, à l'enrichissement de sa culture, à l'enracinement de sa foi.

Dans cette perspective, l'association se propose notamment

- d'étudier le protestantisme en Bretagne centrale : recherches historiques, collecte de documentation, archives, bibles anciennes et toute littérature sous toutes ses formes ; d'acquérir et restaurer des lieux de culte ou autres ;
- de promouvoir la connaissance du Protestantisme, son message, sa vie, par la publication d'articles, d'ouvrages, l'organisation de rencontres, expositions, offices, et autres manifestations contribuant à la pérennité du Protestantisme, de son annonce de l'évangile, de sa place dans la société.

Articles archivés

Contact : contact@histoire-et-protestants-en-centre-bretagne.fr

 

Personnalités historiques

Biographies de personnalités protestantes, interviews de témoins locaux, articles issus des travaux de recherche de l'Association des Amis du Protestantisme en Bretagne Centrale sur l'histoire du protestantisme en Bretagne...

Jean-Louis David, un courageux évangéliste en Centre-Bretagne

« Nous apprenons avec regret la mort de M. Jean-Louis David, évangéliste à Huelgoat, décédé à la suite d’un mal impitoyable qu’il avait contracté dans l’exercice de son ministère.

Caractère droit, ferme, énergique ; intelligence profonde et sûre ; activité inlassable et agissante ; esprit bon, large, clair et généreux, telles étaient les qualités du disparu ».

Ainsi était formulé l’hommage rendu à Jean-Louis David par le rédacteur du journal républicain « Le Citoyen » (daté du 29 décembre 1929) qui adressait aussi à Madame David et à ses enfants « ses condoléances les plus émues ».

...
LIRE LA SUITE...

L'une des mémoires de la Bretagne bretonnante...

Un entretien avec Mme Eugénie Ropars... (interview parue dans le journal Regard d'espérance n° 181, décembre 2003)

"Je crois que la Bretagne ne mourra pas tout à fait, qu'il y aura toujours quelqu'un pour parler de nos racines, de ceux qui nous ont précédés sur terre.

Le passé doit faire partie de la vie! Ce serait trop triste que ces gens meurent deux fois. Il reste d'eux des choses qui peuvent servir aux autres, aujourd'hui..." nous a confié Mme Eugénie Ropars.

"Je suis âgée, mais je ne suis pas vieille"... nous a-t-elle malicieusement glissé à l'oreille, en guise de conclusion à un interview d'une remarquable densité.

Une phrase pleine de saveur – et tellement riche de sens derrière son apparent humour !

Et il est vrai que cette définition lui sied particulièrement bien :
quelque 90 années vécues au cœur du pays et des événements qui virent le kan ha diskan renaître et s'enflammer à nouveau sur les braises d'un feu qui mourait doucement, ont fait d'elle une mémoire vivante du renouveau culturel breton.

Et quelle mémoire ! Impressionnante de précision, à l'image d'une vivacité d'esprit, d'une culture, d'une soif de connaissance et de partage qu'on se plairait à rencontrer encore chez des personnes plus jeunes d'un bon demi-siècle !

...
LIRE LA SUITE...

Un maire de Poullaouën, et un directeur des mines très apprécié : Auguste Chrétien JUNCKER

(Extrait du fascicule historique n°2, sur les protestants en Bretagne Centrale, 10e AG du 3 mars 2013)

Auguste Chrétien JUNCKER, né le 5 mars 1791 à Obenheim dans le Bas-Rhin, était le fils du pasteur luthérien Philippe Junker, et le neveu par sa mère du général comte Walther.

Après des études à l’Ecole polytechnique, Auguste Junker devint ingénieur du corps des mines. Il termina sa carrière comme inspecteur général des mines. Arrivé à Poullaouën (Finistère, situé à 5 km de Carhaix) en 1816 en qualité d’inspecteur des mines, il accéda la même année à la direction de l’établissement en remplacement de Monsieur Blavon-Duchesne, décédé.

Si ses compétences techniques, son dynamisme professionnel le rendirent célèbre, ses qualités humaines n’en sont pas moins à souligner. Son hospitalité, sa personnalité accueillante et chaleureuse furent notamment remarquées par les élèves ingénieurs séjournant à Poullaouën / Huelgoat.

Monsieur Juncker semblait partager ces qualités avec son épouse dont la bonté et l’amabilité furent particulièrement notées par le jeune Fortuné de Boisgobey, en visite à la mine.

...
LIRE LA SUITE...